Rechercher
  • Marie Augereau

La conscience

C’est tout un monde qui s’écroule lorsque nous comprenons qu’il n’existe aucune partie consciente dans notre cerveau !


La conscience est en effet une partie subtile non localisée, à la fois personnelle, sous influence des consciences supérieures collectives et de l’inconscient collectif. Elle est donc très facilement manipulable.


Elle est reliée au mental et à l’Être, mais ne subit pas les discordances de l’ego. Là où il y a la conscience, il n’y a pas l’ego.


Si l’Être est dans le bas astral, sa conscience le sera également.

On admet le plus souvent que prendre conscience de quelque chose revient à le considérer comme une vérité absolue. L’exemple pourrait être donné d’un fumeur qui continue de fumer, tout en sachant qu’il n’est pas souhaitable de le faire. S’il prend conscience de son action de fumer, le fumeur va devoir obligatoirement s’arrêter. Si la connaissance des méfaits de la cigarette ne reste qu’au niveau de son ego, il y a peu de chance qu’il s’arrête.


Les quelques notions de physique quantique nous permettent de comprendre, qu’il ne s’agit que d’une possibilité parmi d’autres, située dans le champ des possibles. Cette prise de conscience est donc tout à fait relative à la conscience collective globale de l’humanité.

Qui décide qu’une chose est à ranger du côté du bien ou du mal, du vrai ou du faux ? Seule notre conscience de ce qui est juste ou pas pour nous peut entrer en action. Pour avoir accès à notre conscience, il faut s’être libéré en grande partie de son ego. Or, une grande majorité d’individus n’a pas encore fait ce travail si difficile. Avoir conscience est donc un terme mal employé, qui consiste le plus souvent à suivre le mouvement collectif des croyances jamais remises en question.


Nos cellules ont également une conscience personnelle. Celle-ci est délocalisée, mais a la particularité d’être reliée intimement et entièrement à notre propre conscience.

Le simple fait de vieillir nous démontre que nos cellules répondent à la conscience de vieillir, elle-même reliée à l’inconscient collectif. Comme il a été expliqué dans le livre "Notre réalité, une illusion" (Editions La Vallée Heureuse), les cellules se régénèrent tous les jours et pourtant, tout nous démontre le contraire.


Au quotidien, nous n’utilisons pas ou très rarement notre conscience. La plupart des êtres humains n’ont donc pas accès à leur conscience. Même si celle-ci est reliée en partie à notre mental, ce n’est pas à notre conscience que nous faisons appel, mais à nos formatages et croyances rattachés à l’ego. Nous répétons inlassablement ce que l’inconscient collectif nous insuffle à chaque seconde.


Lorsque nous faisons appel à notre conscience, cela correspond à une véritable révélation. Tout devient évident et éclairé. L’ego n’a plus sa place à ce moment-là ! Nous n’avons plus peur et pouvons reprendre les rênes de notre vie en main...


Extrait du livre "L'insoupçonnable réalité", de Marion Le Troquer, aux Editions La Vallée Heureuse

6 vues